Comment découvrir le Tibet sans permis, ni tour organisé

Voyager dans la région autonome du Tibet sous haute surveillance

Permis et visas obligatoires pour se rendre dans la région autonome du Tibet

Aujourd’hui, pour se rendre dans la province autonome du Tibet, tout voyageur étranger doit se munir d’un permis du Bureau du Tourisme du Tibet (BTT), et obtenir une autorisation de circulation pour étrangers. Les déplacements à l’intérieur de la région sont extrêmement contrôlés. Les étrangers doivent systématiquement être accompagnés d’un guide et il faut généralement réserver son séjour auprès d’une agence de voyages pour obtenir les permis.

Au mois de mars, le Tibet est même fermé aux étrangers en raison de la commémoration des certains évènements politiquement sensibles.

Une alternative pour découvrir la culture tibétaine

Voyager au Tibet n’est donc pas une affaire de dernière minute et n’est pas non plus accessible pour tous les budgets. Cependant, il existe une façon beaucoup plus simple et moins onéreuse de découvrir la culture tibétaine et son peuple : se rendre dans le Kham et l’Amdo, deux des trois provinces traditionnelles de l’ancien Tibet avant que les frontières de celui-ci ne soient redéfinies par le gouvernement chinois.

voyage tibet

8 hauts lieux de la culture tibétaine dans le Kham et l’Amdo

Montagne Amnye Machen ཨ་མྱིས་རྨ་ཆེན – 阿尼玛卿雪山 – 6 282 m

Montagne sacrée du Tibet oriental

Monastère de Labrang བླ་བྲང་བཀྲ་ཤིས་འཁྱིལ – 拉卜楞寺 

Grande cité monastique du bouddhisme tibétain  (à cheval sur la province du Gansu )

Litang – ལི་ཐང་དགོན་ཆེན – 理塘

Abrite les demeures d’origine des 7ème et 10ème Dalaï-lamas

Derge – སྡེ་དགེ – 德格

 On y trouve la célèbre lamaserie-imprimerie tibétaines sacrée

Tagong – ལྷ་སྒང – 塔公

Village tibétain, porte d’entrée du Kham depuis Chengdu

Tongren – རེབ་སྐོང་ – 同仁

Haut lieu de l’artisanat et de l’art tibétain

Shangri-La – སེམས་ཀྱི་ཉི་ཟླ་གྲོང་ཁྱེར།– 香格里拉

Porte d’entrée du grand territoire tibétain depuis le Yunnan. On y découvre le grand monastère tibétain qui accueille plus de 600 moines

Seda – གསེར་རྟ་རྫོང – 色达

Plus grand centre de formation bouddhique au monde. (Il semblerait que le centre soit désormais fermé aux touristes étrangers.)8

Le Kham et l'Amdo : l'autre Tibet

A la découverte du Kham et de l’Amdo régions historiques et culturelles du Grand Tibet

Le Kham et l’Amdo, qui ne figurent plus dans la délimitation de l’actuelle province autonome du Tibet, s’étendent à l’ouest du Sichuan, au sud du Qinghai ainsi qu’une petite partie a l’extrémité nord du Yunnan.

Pour se rendre dans ces régions, il n’y a pas besoin de permis spécial ni de faire appel aux services d’une agence de voyages ou d’un guide. Il suffit uniquement de son visa chinois pour circuler librement.

Des zones plus tibétaines que chinoises

Comme en témoignent l’architecture, les traditions, la religion, la langue ou encore la cuisine, ces zones sont plus tibétaines que chinoises. Sans manquer d’évoquer que leurs paysages n’ont rien à envier à ceux du Toit du Monde : steppes dénudées, prairies sauvages, paysages d’altitude, monastères bouddhiques, troupeaux de yaks et camps de nomades sont la norme de ces hauts plateaux.

Quelques plats typiquement tibétains

Dans le Kham et l’Amdo, la cuisine est également majoritairement tibétaine

  • Thé au beurre de Yak
  • Plat de riz accompagné de pommes de terre et de viande de Yak
  • Momos – Sortes de raviolis fourrés à la viande de Yak ou aux légumes
  • Tsampa – Farine d’orge grillée généralement mélangée avec du thé, du beurre et du sucre pour le petit déjeuner.
litang

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *